Astruc DE SESTIER (~1370 - 1439)

 

Astruc DE SESTIER (~1370 - 1439) était un de mes ancêtres à la 19ème génération, par mon arrière-arrière-grand-mère maternelle, Rose-Baptistine PELISSIER (1849-1883). Il est plutôt riche et prête de l’argent, comme le prouvent des reconnaissances de dettes importantes de janvier 1414 à janvier 1435 (1). Il n'a rien écrit mais a enseigné dans les monastères. Un de ses fils, Jossé Du Sestier, possédait au XVe siècle des manuscrits de philosophie des siècles passés. Astruc De Sestier, médecin juif d'Aix-en-Provence, a été révélé comme le meilleur bibliophile de son temps : 179 ouvrages sont inventoriés dans sa succession (Le Talmud, des gloses talmudiques, des bibles, des ouvrages de liturgie, des traités de Rashi, des livres de médecine, de philosophie, de mathématique, d'astronomie, des commentaires d'Aristote, d'Averro, d'Avicenne, Maïmonide traduit par les Tibbon, l'essentiel de la controverse de Rambam et d'autres livres "espagnols" : les Questions-Réponses de Salomon Ben Adret, d'Itzhak Ben Sheshet, le Khusari de Jeuda Ha-Levi, un traité de Shem Tov Falaquera de Tudela "Sur les divers degrés de la perfection intellectuelle", etc.).

 Astruc de Sestier, médecin juif aixois a autant de clientèle chrétienne que juive. Il est même assisté d’un barbier chrétien (2). Il soigne, en 1421, un moine de l'Abbaye de St-Victor de Marseille (3).

Mais, les autorités font preuve de plus grande intolérance : un acte du 7 novembre 1421 fait état d'un procès le condamnant pour avoir eu des relations sexuelles avec une chrétienne. Astruc de Sestier est condamné à la prison à Tarascon (13), où il reste longtemps et à une amende de 100 marcs d'argent (4).

Nous descendons de son autre fils, Léonard DE GROS(5) (ou DE SESTIER), qui fut chirurgien à Arles (13). Branche qui par sa descendance va s'allier (et se reconvertir au "Catholicisme") au FORT d'Avignon (qui deviendra les D'AIX) et les ATAR (qui deviendront les PATRON) ainsi que les ROQUEMARTINE alliés au LAROCHE et au CODONEL du Puy-Ste-Réparade (13) dont nous descendons toujours.

 

Notes :

(1) Documents sur les juifs aixois et la médecine au XVe siècle: médications et ouvrages.

(2) Iancu-Agou, op. cit.., pp. 251-52.

(3) Les juifs du Midi une histoire millénaire, par Danièle Iancu, Carol Iancu

(4) L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe-XVIe ... Par Danièle Iancu, p. 41

(5) Après les turbulences meurtrières de 1430, qui entraînent la conversion de l’un de ses fils

 

Créé avec Créer un site
Créer un site