MES ANCÊTRES (QUE JE PARTAGE AVEC NOMBREUSES PERSONNES DANS LE MONDE)
MY ANCESTORS (THAT I HAVE IN COMMON WIT LOTS OF PEOPLE IN THE WORLD)

LES CHEVALIERS DU MOYEN ÂGE A TRAVERS LES GUERRES /
KNIGHTS IN THE MIDDLE AGE TOWARDS WARS


Ils ont participé à :

La "Bataille de Hastings", Angleterre (1066) / "Hastings 's Battle", England (1066) :

- Guillaume "Le Conquérant" DE NORMANDIE (1028-1087), duc de Normandie.

- Robert DE MORTAIN (1031-1091), comte de Mortain, demi-frère et compagnon du Conquérant.
- Guillaume D'EVREUX (1005-1067), comte d'Evreux, compagnon du Conquérant.
- Aimery IV DE THOUARS (1024-1093), vicomte de Thouars, compagnon du Conquérant.
- Roger II DE MONTGOMMERY (1022-1094), comte d'Alençon, seigneur de Montgommery et compagnon du Conquérant.


LES CHEVALIERS CROISES / KNIGHTS & CRUSADES

 
 

Guillaume VIII DE POITIERS (1023-1086), Duc d'Aquitaine et Comte de Poitiers. Chevalier Croisé, il commane la "Croisade de Barbastro" en 1063. En effet, à l'appel du pape Alexandre II, des troupes italiennes et françaises vont combattre les Musulmans et libèrent la ville de Barbastro (Aragon, Espagne).

 


Drogon DE NESLE ( - ),
Seigneur de Nesle et de Falvy, se croise avec Hugues de Vermandois (1096).

Guillaume Ier dit "Le Charpentier" DE MELUN ( - ),Vicomte de Melun (1084), Croisé (1096, avec Hugues Ier "Le Grand", comte de Vermandois dont il est le cousin).

Etienne II "Le Sage" DE BLOIS (1046 - 1102), Comte de Blois et Chevalier Croisé (1098-1102), première croisade (1096-1099).

[...] La multitude qui s'avançait était si impressionnante que les déserteurs furent nombreux. Étienne de Blois se sentit à nouveau malade et quitta précipitamment la ville, accompagné de Guillaume de Grandmesnil. Il déclara que, puisqu'il ne pouvait être utile à Antioche, mieux valait qu'il partît chercher des renforts en Cilicie. Ce n'était là qu'une défaillance ; il la transforma en trahison. Il atteignit Alexandrette et de là Philomélion. Alexis Comnène se trouvait dans cette ville avec son armée. Il s'apprêtait à marcher sur Antioche. Etienne de Blois lui dit qu'il était trop tard, que la ville était déjà prise et la croisade anéantie. Le basileus le crut et rebroussa chemin. Il perdait une occasion unique de récupérer Antioche au détriment de Bohémond et de faire valoir les droits de l'Empire sur la Syrie. Guillaume de Tyr souligne la lâcheté d'Étienne de Blois, mais ajoute que ce fut "oeuvre de Dame Dieu", car l'empereur eût bien mal récompensé les croisés de leur peine. A Antioche, la situation était quasi désespérée. La famine et la démoralisation régnaient. Kourbouqa bloquait entièrement la ville. Il crut pouvoir y entrer par la citadelle, mais ses tentatives échouèrent : les croisés élevèrent des barricades pour barrer les rues, fer­mer tous les passages. Attaqués au-dedans et au-dehors, ils avaient fort à faire. Bohémond, dont l'étendard flottait sur les tours, veillait à tout, se démenait, nuit et jour ! Il inspectait les postes de garde, les sentinelles veillant aux créneaux, secouait et houspillait les somnolents : il est dur de veiller quand on a le ventre creux ! Les croisés n'avaient trouvé que peu de vivres dans les maisons. L'émir Siyân avait rationné les grains dans les dernières semaines. La disette se changeait en famine et plus d'un, même parmi les plus braves et les plus zélés, se prenaient à regretter de n'avoir pas suivi Étienne de Blois. On avait appris sa trahison. On maudissait Alexis Comnène.

De retour à Blois, il est fraîchement accueilli par sa femme qui se dit offusquée, elle, Adèle d'Angleterre fille de Guillaume le Conquérant d'être mariée à un lâche. Après une campagne de harcèlement moral, elle le persuade de penser à sa réputation, et de retourner en Terre sainte.

Il rejoint la seconde vague de participants à la première croisade qui part au printemps 1101. Il rachète sa conduite précédente par une mort au combat à Rama, le 19 mai 1102. Albert d'Aix rapporte qu'il aurait été capturé puis décapité.

Deux lettres d'Étienne-Henri adressées à Adèle lors de sa prèsence en Terre sainte nous sont parvenus, et donnent une description de première main sur les événements.

source : http://www.histoire-en-questions.fr/moyen%20age/croisades%20antioche%20croisesassieges.html

Conon DE MONTAIGU (1042 - 1106), Seigneur de Montaigu et commandant Croisé de Godefroy DE BOUILLON, première croisade (1096-1099).

La première mention qui le concerne indique qu'il avait pris la croix sous les ordres de Godefroy de Bouillon. La seconde nous apprend qu'il fut l'un des premiers à pénétrer dans Jérusalem le 14 juillet 1197, après avoir forcé la porte Saint-Etienne à coups de hache. La même relation parle également d'un Lambert de Montaigu, mais pas autrement désigné.
La dernière mention nous apprend que Conon, “originaire de la province d’Auvergne”, répondit à l'appel de Gérard Tenque . Il s'engagea dans le système hospitalier existant à Jérusalem depuis une cinquantaine d'années, mais devait rapidement se transformer en un ordre de chevalerie, celui des Hospitaliers.

source : Michaud: “Histoire des Croisades”1849 T.1 p.85, 235, 490 & 514.

Lambert DE MONTAIGU (1080 - 1147), Comte de Montaigu et de Clermont et chevalier Croisé, première croisade (1096-1099).

Conon, Lambert DE MONTAIGU, le Vénérable Pierre l'Hermite et quelques autres gentilshommes et bourgeois de Huy firent édifier à leur retour de Terre-Sainte un monastère en l'honneur du Saint-Sépulcre et de Saint-Jean-Baptiste pour les avoir sauvegarder de la tempête qui les menaçait en mer sur le chemin du retour.

Guillaume IX "Le Troubadour" DE POITIERS (1071-1126), Duc d'Aquitaine et de Gascogne. Chevalier Croisé, il rejoint la première Croisade, le 6 décembre 1099, menée par Godefroy DE BOUILLON (1096-1099). Après la chute de Jérusalem en mars 1101, il reste une année et demi en Orient, à combattre en Anatolie où il est gravement battu par deux fois (le 5 septembre 1101 à Taurus). De 1120 à 1123, il participe à un épisode de la Reconquista à la "bataille de Cutanda" qu'il remporte.


Guillaume-Hugues DES BAUX (1055-1105), Seigneur des Baux et de Marignane et chevalier croisé (1096-1099). Fin octobre 1095, il est dans les rangs de l'armée des Provençaux avec Raymond de Saint-Gilles. Sa femme Vierne de Posquières et ses fils Raimond et Guillaume se croisent aussi. Ils auraient été 100.000 à passer les Alpes au Mont Genèvre. Ils traversent l'Italie du Nord, la Dalmatie, l'Albanie, coupent par la Macédoine pour arriver en Thrace en avril 1097, puis le 22 avril à Constantinople. A Constantinople, ils rejoignent les Croisés de Godefroy de Bouillon et de Bohémon. Ces derniers prennent Nicée le 6 mai 1097. En juillet 1097, ils prennent Dorylée, le 27 septembre 1097, ils sont devant Césarée puis, ils font le siège d'Antioche durant sept mois, le 21 octobre. En mai 1099, ils prennent Tripoli, Beyrouth, Saïda, Tyr, et arrivent à Jérusalem le 7 juin. Ils assiègent cette ville le 15 juillet.

Geoffroy III DE TIFFAUGES DE THOUARS (1075-1123), Chevalier croisé, 13e vicomte de Thouars (1104-1123). Geoffroy s'était rendu en Palestine avec son frère en 1098 lors de la première croisade (1096-1099). Puis, ils repartent ensemble, en 1102, pour une croisade pour le compte du Duc Guillaume IX de Poitiers durant laquelle Aimery décède. La succession des vicomtes de Thouars a cette particularité que le frère succédait à l'aîné. A la mort de ce dernier, la vicomté retournait ensuite au fils de l'aîné. Geoffroy de Tiffauges devient donc Vicomte de Thouars jusqu'en 1123 avant que son neveu Aimery V ne le succède à sa mort.


Itier II DE TOUCY (1035-1098), Seigneur de Toucy et de Puisaye, Croisé (1098).

Narjot Ier DE TOUCY (1060-1110), Seigneur de Toucy. Il meurt en 1110 en Palestine.

Arnoul DE HESDIN ( -1098), Compagnon de Guillaume Le Conquérant à Hastings (1066), puis Chevalier croisé. Il décède au siège d'Antioche en 1098.
 



Prise d'Antioche (1098)

----------------------------------------------------
 


Guy DE MAROLLES ( -1147), Chevalier croisé, seigneur de Courtry et de Marolles-sur-seine. Il meurt en croisade en 1147.

---------------------------------------------------- 

Etienne Ier DE SANCERRE (1132-1191), Comte de Sancerre et Croisé, "Troisième croisade (1189-1194)". Étienne Ier s'embarque, pour la deuxième fois, en compagnie de son frère et de son neveu, les comtes Thibaut V et Henri II de Champagne. Ils parviennent devant Acre le 27 juillet 1190 et débarquent chez les Francs avec dix mille hommes, ainsi que Jean de Pontigny, Raoul de Clermont, Bernard de Saint-Valéry, Érard de Chacenay, Robert de Boves, Alain de Fontenay, Gautier d'Arzillières, Guy de Châteaudun, Jean d'Arcis, etc. Étienne Ier serait mort de maladies ou décédé au combat au côté de son frère Thibault, au cours du siège de Saint-Jean-d'Acre, en octobre 1190, ou en janvier 1191, ou encore le 7 septembre 1191.

-----------------------------------------------------

Raoul III DE NESLES (1150-1235), Raoul III de Nesle Comte de Soissons, surnommé "le Bon", succéda au comte Canon son frère vers l'an 1181. Il fit don en 1190 conjointement avec sa femme, à Hugues de Bethencourt, de quinze muids de vin de rente sur son vinage de Bury, à la charge de l'hommage ; suivit le roi Philippe-Auguste au voyage de la Terre-Sainte "Cinquième croisade (1217-1221)", en la même année et se trouva au siège d'Acre. Étant de retour, il fut employé dans les affaires les plus importantes du royaume : se rendit caution l'an 1200 du traité que Thibaud comte de Champagne, fit avec le roi pour l'éducation et le mariage de sa fille. Il fit paraitre toute sa vie beaucoup de piété par les liberalites envers les abbayes de sa province, et particulièrement pour celles de Saint Crespin le Grand, de Saint Léger, de Saint Yved en 1182,1184 et 1225 de saint Crespin en Chayeen 1214, Prémontré en 1190 et 1217 et fut tout à celle de Longpont, à la dédicace de laquelle, faite en présence du roi Saint Louis l'an 1227. il assista, et servit ce prince au festin qui lui fut fait.

Il est mis au nombre des bons poëtes Français de son temps avec Thibaud comte de Champagne ; enfin il mourut fort âgé le 11 janvier 1235 et fut enterré à l'entrée du chapitre de l'abbaye de Longpont, où se voit sa tombe un peu élevée.


---------------------------------------------------------

Etienne II DE SANCERRE (1190 - 1252), Bouteiller de France (1248), Seigneur de Chatillon-sur-Loing, de S. Briçon, de Marcheville et de La Loupe. Étienne participa à la "Bataille de Bouvines (1214)", comme vassal de son frère le comte Guillaume Ier, le (27 Juillet 1214). Il y combat sur l'aille droite, commandée par le duc Eudes III de Bourgogne, de l'armée du roi de France, Philippe Auguste. Étienne II reçoit en 1216 de son frère, qui s’apprête à partir pour Constantinople, les terres de Châtillon-sur-Loing et de Saint-Brisson. La même année, il fait, en compagnie de son épouse, le don d’un bien à l’abbaye de Saint-Denis, bien acquis autrefois par son épouse et son premier mari, le comte de Beaumont, auprès de Thiébaut de Boucherolles. Il prit part à l' expédition anglaise du prince héritier Louis "le Lion". Il participe à "La Croisade des Albigeois et l'intervention royale (1226-1229)".

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_II_de_Sancerre_%28mort_en_1252%29


-------------------------------------------------------------





(Saint-Louis et la "Septième croisade")


Guillaume DE MORNAY (1230 - >1262),Sire de Mornay et Chevalier Croisé, "Septième croisade (1249-1254)". Étant au camp devant Damiette, il emprunta 500 livres tournois aux marchands italiens, sous la garantie de Saint-Louis. 


Hugues DE SADE ( -1301), Chevalier croisé (1249). Il prend la croix pour la Palestine. Son écusson figure dans la salle des Croisades à Versailles.

--------------------------------------------------------


Simon DE MELUN (1245 - 1302), Maréchal de France (1293), Gouverneur du Languedoc (1282), seigneur de La Loupe et Chevalier Croisé (1270->1282), "Huitième et Neuvième croisade (1270 et 1271-1272)". Il suivit le roi Saint Louis en Afrique en 1270 avec quatre chevaliers de sa suite. Sous Philippe le Hardi, il commanda comme maître des Arbalétriers en Catalogne et lors de la "Croisade d'Aragon (1285)". En récompense de ses services, le roi lui fit présent du château de Montlaur. Il est qualifié chevalier et maréchal de France dans l’acte de vente de ce château en 1290. Il meurt en Belgique à la "Bataille de Courtrai (le 11 juillet 1302)", appelée aussi "Bataille des éperons d'or".

 

----------------------------------------------------------
 


 

 

ETATS CHRETIENS D'ORIENT

 




Créé avec Créer un site
Créer un site