PROSPECTIONS ARCHEOLOGIQUES

 

2000 : Participation à la prospection-inventaire archéologique de G. BRINGER sur la commune de Lambesc (13) et à l'étude du réseau viaire diachronique de Lambesc (13) indexé dans :

  • G. BRINGER (2000) : "Commune de Lambesc, Bouches-du-Rhône : rapport de prospection-inventaire", 2000, 3 vol., 656 p.

1997 : Responsable d’opération archéologique sur la commune de Vinon-sur-Verdon (83) : prospection-inventaire diachronique.

  • A. DUMONT (1998) : "Commune de Vinon-sur-Verdon, Var : rapport de prospection-inventaire", 1998, 1 vol.

 

 

Prospection archéologique à Riez (04)

DECOUVERTE :

LE BLOC AUX TETES COUPEES DE BADASSET (VERNEGUES - 13)

 

Au cours de l'été 1999, un profond labour (effectué sur un espace agricole gagné sur un plateau boisé puis défriché) a permis de mettre au jour un bloc de calcaire équarri sur lequel figure une représentation schématique de têtes coupées.

Le lieu de la découverte se situe sur les reliefs du vallon de Badasset dans la proche périphérie d'un oppidum de type "éperon barré" - commune de Lambesc (13) -, à une distance de trois kilomètres du village de Vernègues. Son emplacement était établi sur une parcelle agricole qui jouxte l'ancien chemin d'Aurons délimitant les communes de Vernègues et de Lambesc. De même, c'est dans ce périmètre que des défrichements ont permis d'exhumer des vestiges d'une occupation gallo-romaine.

 Le bloc incomplet est de taille modeste : larg. 30 cm ; haut. : 20 cm ; prof. : 28 cm. Il porte sur l'une de ses faces, les images simplifiées en bas-relief de quatre têtes alignées deux par deux (seules les deux têtes du haut sont intactes). Les deux têtes du bas font effet de miroir car elles sont opposées verticalement aux deux têtes du haut par le menton. Les têtes qui sont bien conservées sont figurées par le contour externe du visage, des yeux en creux et un nez massif triangulaire.

 Il semblerait que ce bloc calcaire ait été réemployé sur ce site ; il devait appartenir à l'origine à un édifice à mettre en relation avec l'oppidum tout proche. En effet, nous remarquons qu'à l'extrémité gauche du bloc, une cavité a été creusée sans ménagement. Il est peu probable que l'on puisse l'identifier à une alvéole céphaloïde visible sur les linteaux de pierre de Glanum et de Roquepertuse. En revanche, nous pourrions supposer que la cavité creusée volontairement dans cette roche sculptée le fut en vue d'une réutilisation architecturale ultérieure - la disparition de la moitié des deux têtes du bas en serait peut être aussi une preuve (?).

La représentation se rapprocherait des figurations du pilier parallélépipédique aux douze têtes coupées du site de l'oppidum d'Entremont. Pour ce qui nous concerne, il semblerait que nous soyons en présence d'une partie droite de linteau ou de piédroit de porte.

Le style de la figuration gravée semble se rattacher à un sanctuaire de la fin de l'âge du Fer.

Gilles BRINGER & Alexandre DUMONT-CASTELLS

 




Créé avec Créer un site
Créer un site